Articles

Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 6 -

Image
 Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 6 -  - Malheureuse, répondit Noéma qui était plus lente mais plus réfléchie que sa sœur. Tu n’as pas vu que la route est noire, parce qu’on a mis du sel dessus et la neige y fond, tout de suite. Le gros chat gris qui a traversé la cour d’école tout à l’heure m’a donné cette information. Il a ajouté, en passant sa patte sur l’oreille droite, qu’il attend du redoux et que la neige ne va pas durer longtemps: notre vie sera courte.  

Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 5 -

Image
 Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 5 -  Elles roulent, roulent, et s’aperçoivent qu’en roulant leur bosse, elles grandissent et grossissent quelque peu. Les voilà qui passent de l’autre côté de la grille d’entrée. - Ouf! Nous avons échappé au service militaire, dit Noémie. Mais cela ne suffit pas. Je veux visiter le vaste monde! Roulons vers la route nationale, là où passent tant de voitures, peut être l’une d’elles pourra nous emporter en voyage?  

Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 4 -

Image
 Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 4 - Et la cour redevint silencieuse, d’ailleurs les munitions étaient presque épuisées. Presque, mais pas tout à fait, car Noémie et Noéma étaient deux petites boules de neige très intelligentes. Elles n’avaient pas envie de partir en guerre, pour mourir tout éclatées sur une veste ou un bonnet de laine. Dès le début de la bagarre, Noémie fit un signe à Noéma et les voilà qui roulent doucement, pour s’échapper du groupe, mine de rien, profitant de ce que,   comme dans beaucoup de villages du pays de Vaud, la cour de l’école était en légère pente.

Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre - Episode 3 -

Image
 Les deux boules de neige qui ne voulaient pas fondre  - Episode 3 - C’était une neige de décembre, une bonne neige un peu mouillée, collant juste comme il faut. Le maître d’école sortit à toute vitesse de la salle de classe où il se tenait au chaud, bavardant avec mademoiselle Juliette, la maîtresse des petits. Il souffla comme un perdu dans son sifflet : - Tout le monde en rang et qu’on ne recommence pas ! Rentrez chez vous !