BREVE RENCONTRE A COINTRIN EPISODE 11


Cette course haletante après le soleil avait pour récompense des nuits d'étreinte où Myriam, irradiée, comblée, hurlait sa joie... Mais au matin, l'homme pressé repartait.

-
Elle put réfléchir et se ressaisir pendant des vacances d'août qu'elle passa à l'attendre, car il était parti en Bretagne rejoindre son ex-femme et n'avait pas voulu qu'elle l'accompagne. Tous les soirs, elle téléphonait chez lui, à Paris, dans son appartement de célibataire où elle savait qu'il n'était pas, et écoutait longuement la sonnerie retentir dans la nuit, attendant elle ne savait quoi, un miracle, un retour inattendu parce qu'il s'ennuyait d'elle. A cette époque lointaine, on n’avait pas encore de portable.
Tandis que l'appel résonnait dans le vide, un soir, elle réalisa qu'il la désirait mais ne l'aimait guère, pas assez pour lui téléphoner ni lui écrire et que sa carrière occupait pour lui toute la place, celle qu'il eût pu réserver à sa jolie maîtresse. Elle était en train de se brûler les ailes à une lumière certes très belle, mais dangereuse. Elle en oubliait de vivre.
-
Patrick ne revint pas avant la date convenue du 1er septembre. Ce jour- là, elle cessa d'appeler car elle voulait que ce soit lui qui cherche à la joindre et il le fit au bout de deux jours. Deux jours ! Elle était morte deux mille fois pendant ces deux jours-là, pendant ces 48 heures. Il apparut donc, tout bronzé, au bout des deux jours et lui glissa pour le lendemain un rendez-vous, où il arriva les yeux pétillants, avec un cadeau : un gros collier d'argent qu'il lui avait ramené de Bretagne et lui attacha au cou. Une chaîne.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE TIGRE CHANTEUR "EDITION BLOG" EPISODE 76

LE TIGRE CHANTEUR "EDITION BLOG" EPISODE 65

LE TIGRE CHANTEUR (EDITION BLOG) EPISODE 01