LA MUSIQUE EP 5

L'enterrement de la grande Sarah sonna le glas de la vieille fille : on ne pouvait pas ne pas adopter comme professeur l'homme qui en avait été l'exécuteur musical. Le Maestro entra donc un jour à la maison des vignes, véhiculé par le percepteur. C'était un grand vieillard sec, d'origine italienne, qui baisa la main de maman, se déclara charmé par son regard bleu et sourit avec bienveillance à Claire tandis qu'elle exécutait au piano sa polonaise habituelle. 

Puis il se leva avec lenteur, s'étira, s'assit devant le piano droit d'études et attaqua sans préambule "La mer" de Debussy dont il avait placé la partition sur le chevalet. 

Pauvre piano, on eût cru le voir plier sous la tempête... Les longs doigts du musicien, aux veines noueuses, tavelés de taches brunes de vieillesse, ces doigts couraient sans effort d'un bout à l'autre du clavier ; et ce fut le bruit des vagues sous l'orage, le grondement de la mer en furie, les nuages courant sous un ciel démonté... Claire, tout à la tâche de tourner les pages, suivait tant bien que mal la partition et relevait derrière les mains endiablées les touches récalcitrantes. 

Parfois, la main droite de l'artiste s'impatientait et restait un instant suspendue en l'air car il manquait au piano droit une gamme haute, tandis que la main gauche continuait son bruit d'orage. Le visage inspiré se crispait un instant lorsqu'un accord vibrait d'un son trop désaccordé... Il y eut pourtant, malgré tous ces détails, un grand moment où la musique, la vraie, déferla sur cette famille paysanne. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LE TIGRE CHANTEUR -EDITION BLOG- EPISODE 60

LE TIGRE CHANTEUR - EDITION BLOG - EPISODE 43

BREVE RENCONTRE A COINTRIN EPISODE 4